PREMIER VISIO DEBAT PARCOURS & INNOVATIONS

 

 

Notre think thank  a poursuivi ses réflexions, au travers de l’exceptionnelle situation actuelle.

 

En vous invitant à un visio-débat le mardi 7 juillet 2020, nous souhaitions partager et enrichir nos débats de vos différentes réflexions et expériences ; la problématique de ce visio-débat s’appuiera sur l’article de Jean René LOUBAT : « Tous confinés, tous institutionnalisés, tous bâillonnés, tous handicapés. Leçons d’une situation d’exception », et il s’articulera autour de six questions :

 

Le régime d’exception que nous avons vécu par le confinement nous a placé en situation de handicap, au sens « d’une restriction de notre autonomie et une altération de notre participation sociale [1] » et ainsi d’approcher ce que peuvent vivre les personnes en situation de handicap au sein des institutions, avec, aux mêmes motifs de protection et de sécurité, une privation des droits fondamentaux.

 

1.      Quels enseignements peut-on tirer de cette situation vécue à la fois particulière et, souhaitons-le, exceptionnelle ?

2.      Quelles capacités avons-nous dues développer pour consentir à ce qui nous a été imposé, tant individuellement que collectivement ?

3.      Comment gérer un risque jugé « acceptable » pour un public « à risque » ?

 

Ce moment particulier a également permis aux citoyens que nous sommes de prendre conscience d’un fonctionnement parfaitement inadapté de la puissance publique en étant révélateur du poids de l’administration et de toutes les technostructures qui ont fait preuve de leur inefficacité, tout d’abord par l’absence de directives et de soutien cohérent, puis, dans un second temps, par une avalanche d’injonctions et de procédures, avec un cadrage très fort. Pourtant, la majorité des opérateurs a répondu avec réactivité, agilité et innovation dès le début du confinement.

 

4.      Dans cette situation de limitation des libertés, comment les uns et les autres avons-nous pu retrouver et reprendre des espaces de liberté par l’expérimentation et l’innovation ?

5.      Dès lors, pour redonner le pouvoir d’agir et renforcer le droit à l’autodétermination, faut-il et comment faut-il renforcer la capacité et la possibilité d’agir, d’innover des professionnels et des opérateurs, voire des délégations des tutelles dans une relation de confiance qui devrait-être réciproque ?

6.      Comment manager tant nos organisations que leurs professionnels pour maintenir voire développer cette capacité à innover, au-delà des contraintes administratives ?

 

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon